Friday, October 17, 2014

Rhétorique antidroite

"DOSSIER POLITIQUE

"LES 5 RACINES D'UNE IDEOLOGIE

"IMPOSER SA VISION DU MONDE ET SURTOUT DéSIGNER DES ENNEMIS COMMUNS POUR FÉDÉRER SES COURANTS (CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRES, ULTRA-TRADITIONALISTES CATHOLIQUES...). TEL EST LE CIMENT DE L'EXTRÊME DROITE, UNE MOUVANCE QUI SE STRUCTURE AUTOUR DE CINQ THÈMES."


La source: Phosphore, Mai 2007

Eh, bien? Et l'anti-droite n'est pas un ciment que fédère les gauches et les néolibéraux (autrement très divisés entre eux) contre, comme ennémi commun, les ultra-traditionnalistes Catholiques (qui ne sont pas très divisés du refusants de la République, certains y sont, d'autres acceptent la République, mais les Monarchistes aussi) et l'extrême droite?

"LES 5 RACINES D'UNE IDÉOLOGIE"


Tout ce qui se rapporte à une des 5 thèmes appartient donc à une idéologie unique, et par là aux autres quatre, qui y appartiennet également?

Il y a mieux, quand on constate comment les 5 "racines" sont présentées ...

"1 Le refus de la démocratie et de la république"
Qui a lu Maurras (mais qui l'a?) sait qu'il rejetait la république à l'échelle du pays précisement en faveur des républiques à l'échelle de la ville. Il acceptait la monarchie à l'échelle du pays, pour que le monarche laisse en paix ces petits républiques, ce que ne peuvent pas les parlamentaires, car ils ont besoin d'être réélus ... et donc c'intéresser à tout le monde.
"2 Le rejet de l'immigration"
"5 L'antisémitisme"
Qui a lu Maurras sait qu'il n'y avait pas d'immigration à repousser hors les frontières du pays ou à accueillir dedans à l'époque.

[Je peux m'être trompé, j'avais lu son livre Mes Idées Politiques, mais pas son œuvre comme journaliste]

Juifs et métèques (il cite le cas d'un commerçant portugais), pour lui c'étaient deux groupes qui n'avaient tout simplement pas les mêmes intérets culturellement dessinés que les autres Français, tout à fait comme les maçons et les huguenots. Il analysait ces quatre groupes comme formant des dynasties du pouvoir parmi les habituellement élus. Ils ne leur montrait pas d'agressivité, sauf en tant qu'en pouvoir en France au lieu des Français ... et, par Paris au lieu de par chaque localité.
"3 Le nationalisme"
Le nationalisme insiste sur la dimension ethnique et exclusive de la nation. Mais il a raison. Je n'ai pas l'honneur d'être, ni Français, ni Provençal/Occitan, et la langue basque m'échappe largement aussi, tout comme le Breton. Bonne raison de ne pas me mêler excessivement dans les affaires de ces groupes, hein ..?

C'est précisément pour ça qu'en France, malgré mes sympathies pour Maurras, je n'ai pas parlé de monarchie. Je me suis borné aux thèmes qui sont internationaux et par conséquent compréhensibles, même aux dimensions émotionnels (à certain degré), pour quelqu'un du dehors.

Ce que Maurras reprochait aux Juifs, Franc-Maçons, Huguenots et Métèques, ce que les nationalistes d'aujourd'hui reprochent au musulmans immigrés et à Bruxelles (vous voyez, les ennemis ne sont pas les mêmes), c'est de faire la politique selon leur cœur (ou parfois sans cœur) pour un peuple qui en a un autre.
"4 L'ordre moral"
Phosphore cite le politologue Jean-Yves Camus: "On retrouve cette thématique sous le régime de Vichy ..." (sous-entendu: alors c'est une thématique de meurtriers, d'immoralistes ... comme si tout le régime de Vichy était enthousiastes pour les déportations: en fait Pétain a sacrifié son pouvoir en refusant de continuer les déportations en 1942, il était alors remplacé par Lavalle - ou était-ce Lasalle? Je confonds toujours ces deux noms!) "et sa politique rétrograde en matière de mœurs, contre l'avortement, contre le régime laïc, etc"

Et c'est ça que les anti-droites veulent défendre, ne fût-ce qu'au prix du bon sens, ne fût-ce qu'au prix de la ... précisément: morale.

Qui veut savoir mon avis sur la moralité de l'avortement, ça suffit de consulter le menu à gauche:

[J'ai dû copier les essais et les mettre sur un autre site, entre-temps:]



Ceci a été d'abord publié sur le blog équivoqué, car normalement purement en anglais et en plus uniquement au format de débats, ou encore des commentaires de youtubes : Assorted retorts : Rhétorique anti-droite

Wrong question

[not title* of TFP essay, but its presentation in send-out] What unites the Cultural left in our nation? This is the topic of our lead article this week. Click here for details.

Quote:

"And this “choice” means freedom from rules, morals or restraints. An unlimited choice is what unifies the radicals of the Cultural War. Thus, they display a consistent unity favoring not only abortion but any other practice – free love, homosexuality, bi-sexuality, transgenderism or any sexual deviation – that favors a raging sensuality."


Ergo: TFP goes beyond pro-life to attack a pro-choice that is no longer necessarily pro-abortion - ackording to what they told a little above.

I think the important thing is not what unites this or that enemy (the left reasoned long enough "what unites fascists? let us attack it!") but what unites Christians.

Hans Lundahl

Another quote from same article:

"Resolving the abortion issue, we may win a major battle but not the Cultural War. We must resist the idea that, without abortion, we can retreat to a kind of Mayberry where we can babyboom once again and everything will go back in order. Unless we broaden the fight to include the full cultural spectrum, we will not prevail.

To find further proof that the battle extends beyond the abortion issue, we need look no farther than the very people the pro-life cause amazingly manages to unite.

The list is very diverse: libertarians, feminists, rockers, punks, atheists, agnostics, Greens and even pagans for life. Take away the uniting principle of life and we are left with groups that in varying degrees have agendas that oppose the Christian civilization that we so ardently desire. Winning the pro-life battle only throws us into another cultural battle with our temporary strategic allies."


(my emphases)**

Comments: first on the latter issue emphasised, it is good that some of the leftists, some of whom are infidels, are against abortion. It is not a shame for the pro-life cause, but an honour to them. Second on the first issue: a baby boom is per se no moral problem. Nowhere in Sacred Scripture, nowhere in the Fathers, do we read that baby booming is essentially wrong for married laymen or for married priests. Abstaining from sex within marriage is for prayer, for fasting on fast days, for letting spiritual joy prevail over carnal joy on feast days. It is not for avoiding large families, as if they were an evil. There are times, when it is a great woe to be a pregnant woman. They may return, I will not deny it. I even fear they are close. But, returning from vicious population control to "virtuous" population control, returning from Sanger to Malthus, is not that bright an idea.

Hans Lundahl

[Both posts from Wednesday February 7, 2007]

* TFP : Beyond Pro-life, Fighting the Whole Cultural War
Created: 05 March 2007
The above article was based on a talk given at the TFP Student Seminar on January 20, 2007 in Spring Grove, Pennsylvania.
http://www.tfp.org/tfp-home/news-commentary/beyond-pro-life-fighting-the-whole-cultural-war.html


** Seem to have been lost, technicality.

Mémoire éternelle ... Lazare Ponticelli

Obsèques nationales du dernier poilu Français en mémoire de tous ...

Il(s) aurai(en)t peut-être apprécié cette chanson "Sur la route ..." - que j'ai donné dans les notes Facebook il y a trois mois avant.

Ils ont lutté pour liberté et droit, les poilus de l'Entente Cordiale. Après ils se sont souvent engagés contre la guerre.

Ses obsèques tombent le jour de St Patrick.

Les moines celtes étaient parmi les grands missionnaires du peuple baïouvare, dont sont issus les autrichiens et les bavarois. Le dernier Empéreur effectivement regnant de l'Autriche, que ça soit connu, a voulu rectifier l'erreur de l'avant-dernier de se lier a Berlin, contre le Tsar et l'Entente: il a offert une paix séparée. Peut-être les poilus auraient apprécié que les politiciens l'auraient accepté. Elle fut rejetée.

Hans Lundahl

måndag/lundi 17 mars 2008 15:38

columniste? exploitable, alors? ...

On vient de savoir que je suis contre l'obligation scolaire. Qqn de mes amis vient de me demander si je ciblait à niveau de l'Union ou de chaque pays membre, voici ma réponse dans laquelle je confesse que ça me dépasse:

Ben, je suis principiellement contre l'obligation scolaire et contre les ministères d'éducation qui veuelent diriger le contenu de la scolarisation, surtout obligaire, mais aussi quand il s'agit de scolarité volontaire.

Si l'Union Européenne veut finir avec ces saletés, tant mieux. Si un pays quelconque le veut, tant mieux. Mais entre les deux, je ne sais pas quelle serait la meilleure chose à cibler. Je suis un écrivain, je suis un moraliste de la politique/économie/rélations sociales, mais ce que je ne suis pas, voilà: je ne suis pas un tacticien de la politique.


Il n'est pourtant pas le seul de vouloir confondre ma rôle comme écrivain avec celle d'un coordinateur ou participant d'une campagne. Je lutte contre les injustices en tant qu'écrivain libre, et je tiens à conserver ce statut. Je veux même le développer. La page Donativo sur mon site est pour ainsi dire "ma boîte de guitarre", mes écrits (en quatre langues) sont avec les compositions musicales "le jeu de guitarre". Et tout à fait comme je jouerais la guitarre concrète pire en me rejoignant à un orchestre de guitarristes, j'écrirais pire en me joignant à telle ou telle groupe déterminé qui voudrait s'emparer de mon talent pour ses buts.

Les écrits sont utilisables en dehors de mon site, je ne tiens pas à prohiber qqn de les copier et mettre sur le sien (donner la source est pourtant de bonne coutume), pareillement si quelqu'un veut jouer mes compositions pour une bonne occasion ou une bonne cause - je me réserve contre le Théléton, pour les raisons données au lien en bas de la page musicale - allez-y, mais encore une fois, si vous avez la possibilité me verser un peu d'argent est de bonne coûtume, et de toute façon donner la source l'est aussi; mais le site demeure mon site et sert mes goûts et ma conscience; artistiques ou morales.

Je sais très bien, que je pourrais me mettre à service d'un organisme qui fait telle chose humanitaire ou telle lutte politique, et alors verser de l'argent serait deductible des impôts. Je ne le veux pas. Je veux garder ma liberté d'aborder n'importe quel sujet. Et de décliner n'impoorte quel sujet, p ex le sport. Et de collaborer ou pas collaborer avec qui que je veule, sans tenir compte d'une alliance stratégique.

Je ne suis pas pape, ni évèque. Je suis libre à m'occuper des bagatelles comme le rime dans la poësie, l'orthographe du suédois, les Grundabsatz, Quintabsatz et Kadenz du style viennois classique, sans compter les cadences plagale et phrygienne qui sont étrangères à ce style. Je suis libre de me fasciner pour des mondainetés comme Alicia Keys ou le manga japonais - notamment Love Hina. Et je veux garder cette liberté. Je suis pourtant pas laïciste, je ne trouve pas que le prix juste pour ça serait d'écarter conscieusemment toute référence à la réligion Catholique ou la réligion Orthodoxe (comme Grec-Orthodoxe plus précisemment Roumain Orthodoxe). Ni "laïc" (au sens politico-polémique du mot), je ne trouve pas que ça m'oblige à écarter prière ou jeunes totalement de ma vie pour ça non plus. Ou l'aumône. Ou la discrétion quant-à mes propres bonnes oeuvres de ce genre.

Des uns auraient aimé que je m'engage totalement et exclusivement dans les luttes traditionalistes-catholiques, des autres que je m'engage totalement et exclusivement dans les droits humains des s d f ou des victimes de la psychiatrie, ou possiblement même les droits des jeunes de se marier tôt et, sinon, de se tenir à l'abri des tentations directes ou indirectes. Je refuse ces exclusivités ou totalités. Je suis contre la psychiatrie comme moyen de normaliser les goûts ou la morale, je ne suis pas contre la normalité dans ces domaines. Je suis traditionnaliste contre l'avortement, parce que c'est de la tuérie, mais par là aussi contre la DDASS, parce que c'est de l'usurpation des droits des parents, et par là aussi pour les libertés des babas cool d'éduquer leurs enfants comme bon leur semble. Je suis contre Azaña pour avoir tenté de forcer une éducation laïque aux jeunes âmes chrétiennes, mais par là aussi contre Franco pour ne pas avoir aboli l'obligation scolaire.*

Non, ce n'est pas comme columniste de qqn autre ou de qq autre mouvement que je veux faire mon métier et - possiblement - gagner mon pain. Je suis au moins aussi libre que les autres columnistes. Et je veux le démeurer.

Hans Lundahl
Ais en Prouença
6/19 mars 2008

Je viens d'envoyer ce message depuis mon courriel, il y a qqs heures; c'est scandaleux les beugs sélectifs qui limitent la rapidité de certains de mes messages ... et limiteraient les votres dans des discussions que vous pourriez théoriquement avoir avec moi.

* Depuis, je viens d'apprendre que sous Franco - tant mieux pour lui - l'école n'était pas obligatoire, mais que lui et l'église encourageaient fortement le fait d'y aller./HGL