Friday, October 17, 2014

columniste? exploitable, alors? ...

On vient de savoir que je suis contre l'obligation scolaire. Qqn de mes amis vient de me demander si je ciblait à niveau de l'Union ou de chaque pays membre, voici ma réponse dans laquelle je confesse que ça me dépasse:

Ben, je suis principiellement contre l'obligation scolaire et contre les ministères d'éducation qui veuelent diriger le contenu de la scolarisation, surtout obligaire, mais aussi quand il s'agit de scolarité volontaire.

Si l'Union Européenne veut finir avec ces saletés, tant mieux. Si un pays quelconque le veut, tant mieux. Mais entre les deux, je ne sais pas quelle serait la meilleure chose à cibler. Je suis un écrivain, je suis un moraliste de la politique/économie/rélations sociales, mais ce que je ne suis pas, voilà: je ne suis pas un tacticien de la politique.


Il n'est pourtant pas le seul de vouloir confondre ma rôle comme écrivain avec celle d'un coordinateur ou participant d'une campagne. Je lutte contre les injustices en tant qu'écrivain libre, et je tiens à conserver ce statut. Je veux même le développer. La page Donativo sur mon site est pour ainsi dire "ma boîte de guitarre", mes écrits (en quatre langues) sont avec les compositions musicales "le jeu de guitarre". Et tout à fait comme je jouerais la guitarre concrète pire en me rejoignant à un orchestre de guitarristes, j'écrirais pire en me joignant à telle ou telle groupe déterminé qui voudrait s'emparer de mon talent pour ses buts.

Les écrits sont utilisables en dehors de mon site, je ne tiens pas à prohiber qqn de les copier et mettre sur le sien (donner la source est pourtant de bonne coutume), pareillement si quelqu'un veut jouer mes compositions pour une bonne occasion ou une bonne cause - je me réserve contre le Théléton, pour les raisons données au lien en bas de la page musicale - allez-y, mais encore une fois, si vous avez la possibilité me verser un peu d'argent est de bonne coûtume, et de toute façon donner la source l'est aussi; mais le site demeure mon site et sert mes goûts et ma conscience; artistiques ou morales.

Je sais très bien, que je pourrais me mettre à service d'un organisme qui fait telle chose humanitaire ou telle lutte politique, et alors verser de l'argent serait deductible des impôts. Je ne le veux pas. Je veux garder ma liberté d'aborder n'importe quel sujet. Et de décliner n'impoorte quel sujet, p ex le sport. Et de collaborer ou pas collaborer avec qui que je veule, sans tenir compte d'une alliance stratégique.

Je ne suis pas pape, ni évèque. Je suis libre à m'occuper des bagatelles comme le rime dans la poësie, l'orthographe du suédois, les Grundabsatz, Quintabsatz et Kadenz du style viennois classique, sans compter les cadences plagale et phrygienne qui sont étrangères à ce style. Je suis libre de me fasciner pour des mondainetés comme Alicia Keys ou le manga japonais - notamment Love Hina. Et je veux garder cette liberté. Je suis pourtant pas laïciste, je ne trouve pas que le prix juste pour ça serait d'écarter conscieusemment toute référence à la réligion Catholique ou la réligion Orthodoxe (comme Grec-Orthodoxe plus précisemment Roumain Orthodoxe). Ni "laïc" (au sens politico-polémique du mot), je ne trouve pas que ça m'oblige à écarter prière ou jeunes totalement de ma vie pour ça non plus. Ou l'aumône. Ou la discrétion quant-à mes propres bonnes oeuvres de ce genre.

Des uns auraient aimé que je m'engage totalement et exclusivement dans les luttes traditionalistes-catholiques, des autres que je m'engage totalement et exclusivement dans les droits humains des s d f ou des victimes de la psychiatrie, ou possiblement même les droits des jeunes de se marier tôt et, sinon, de se tenir à l'abri des tentations directes ou indirectes. Je refuse ces exclusivités ou totalités. Je suis contre la psychiatrie comme moyen de normaliser les goûts ou la morale, je ne suis pas contre la normalité dans ces domaines. Je suis traditionnaliste contre l'avortement, parce que c'est de la tuérie, mais par là aussi contre la DDASS, parce que c'est de l'usurpation des droits des parents, et par là aussi pour les libertés des babas cool d'éduquer leurs enfants comme bon leur semble. Je suis contre Azaña pour avoir tenté de forcer une éducation laïque aux jeunes âmes chrétiennes, mais par là aussi contre Franco pour ne pas avoir aboli l'obligation scolaire.*

Non, ce n'est pas comme columniste de qqn autre ou de qq autre mouvement que je veux faire mon métier et - possiblement - gagner mon pain. Je suis au moins aussi libre que les autres columnistes. Et je veux le démeurer.

Hans Lundahl
Ais en Prouença
6/19 mars 2008

Je viens d'envoyer ce message depuis mon courriel, il y a qqs heures; c'est scandaleux les beugs sélectifs qui limitent la rapidité de certains de mes messages ... et limiteraient les votres dans des discussions que vous pourriez théoriquement avoir avec moi.

* Depuis, je viens d'apprendre que sous Franco - tant mieux pour lui - l'école n'était pas obligatoire, mais que lui et l'église encourageaient fortement le fait d'y aller./HGL

No comments:

Post a Comment